Water

Ville de Shawinigan: Eau Potable

Publié le octobre 16, 2012 · Publié dans Nouvelles

Selon un article paru dans Le Nouvelliste le 16 octobre 2012, la Ville de Shawinigan, désireuse d’améliorer la protection de sa source d’approvisionnement d’eau potable, vient de faire l’acquisition de cinq lots appartenant à Jean Chrétien sur le bord du lac des Piles.

Désireuse d’améliorer la protection de sa source d’approvisionnement d’eau potable, la Ville de Shawinigan, vient de faire l’acquisition de cinq lots appartenant à Jean Chrétien sur le bord du Lac-des-Piles.

En retour, l’ex-premier ministre obtient un terrain dont la valeur marchande le désavantage de 548 000$. Plutôt que d’encaisser cette différence, M. Chrétien reçoit simplement un reçu pour un don de charité. L’ex-premier ministre du Canada avait acquis ces terrains en décembre 2010, de la Fiducie Forden, pour la somme de 440 000 $. Les lots obtenus par la Ville sont situés entre le chemin Laperrière et le lac des Piles, tout près de la prise d’eau. Les cinq lots, d’une superficie totale de 107 819 mètres carrés, sont évalués à 520 200$ dans les livres de la ville. Par contre, leur valeur marchande a été établie, par une firme indépendante, à 760 000$.Le lot acquis par M. Chrétien possède une superficie de 8812 mètres carrés. Évalué à 386 100$, sa valeur marchande a toutefois été estimée à 212 000$.

François St-Onge, directeur des communications à l’hôtel de ville, rappelle que le dernier rôle triennal d’immobilisation a été déposé en 2009 à Shawinigan pour les années 2010, 2011 et 2012. Normal, dans ces circonstances, que les terrains de M. Chrétien aient pris de la valeur depuis ce temps.

Par contre, le lot cédé par la Ville s’est transigé sous l’évaluation municipale. M. St-Onge explique que l’ajout d’une clause de non-construction dans la transaction a entraîné cette baisse de valeur.

Au bout du compte, cet échange de terrains devrait se conclure avec un solde de 548 000$ à la faveur de l’ex-député de Saint-Maurice à la Chambre des communes. M. Chrétien a toutefois décidé de faire don de cette somme «pour l’environnement». Il réclame simplement à la Ville un reçu de charité. «La beauté de cette opération, c’est que nous n’avons rien eu à débourser dans cette transaction», fait remarquer M. St-Onge.

«C’est une situation gagnante pour les citoyens. Nous avons aussi augmenté la couverture de la protection pour la prise d’eau, étant donné que nous avons acquis des terrains sur lesquels nous avons maintenant le plein contrôle.» Le maire, Michel Angers, salue l’ouverture de M. Chrétien dans cette transaction. «Notre objectif premier était de protéger notre prise d’eau, de s’assurer que la Ville possède la plupart des terrains sur cette petite baie», indique-t-il. «Nous sommes maintenant mieux protégés, sans compter que le terrain de M. Chrétien possède une clause qui prévoit qu’il ne peut mettre aucune construction là-dessus. Nous sommes blindés mur à mur!»